Nouveautés décembre 2019

table2

Beaucoup de nouveautés en cette fin d’année 2019, voici une première liste partielle qui sera suivis d’une autre la semaine prochaine.


PIERRE KROPTKINE
AGISSEZ PAR VOUS-MÊMES

240 pages
$27
nada éditions

À quoi pourrait ressembler une révolution anarchiste à l’échelle d’un pays ?
C’est la question à laquelle tente de répondre dans cet ouvrage, inédit en français, Pierre Kropotkine (1842-1921), géographe, explorateur, militant et théoricien du communisme anarchiste.

L’auteur y expose les grandes lignes du programme antiautoritaire et les bases du fonctionnement d’une société libertaire appliquées à l’Angleterre où il réside alors.
En dépit des changements économiques, politiques et sociaux, les propositions de Kropotkine, à plus d’un siècle de distance, restent des pistes d’une grande actualité.
Agir par, et pour, soi-même, sans intermédiaire et dans la solidarité, constitue sans aucun doute, encore et toujours, la voie à suivre pour parvenir à l’émancipation.

http://www.hobo-diffusion.com/catalogue/1451/agissez-par-vous-memes


MIGUEL AMOROS
HOMMAGE À LA RÉVOLUTION ESPAGNOLE

416 p.
15 x 21 cm
Préface : Michel Gomez
$30
Éditions de la roue

Le groupement « Les Amis de Durruti » se constitua progressivement, après la mort de Durruti, à la faveur des « débats » très agités qui accompagnèrent la résistance, voire le refus de la militarisation des milices, c’est-à-dire la recréation d’un appareil militaire classique, en grande partie aux mains des staliniens.
Ils luttèrent contre l’abandon des objectifs révolutionnaires par les dirigeants anarchistes et la bureaucratisation concomitante de la CNT. Ils dénoncèrent et subirent comme beaucoup de révolutionnaires l’intense répression stalinienne et républicaine pendant et après les journées de mai 1937 qui marquèrent la fin du projet égalitaire et libertaire au cours de la guerre civile.

http://www.hobo-diffusion.com/catalogue/1993/hommage-a-la-revolution-espagnole


FRÉDÉRIC LAVIGNETTE
GERMAINE BERTON
UNE ANARCHISTE PASSE À L’ACTION

germaine20berton20anarchiste
288 pages
$35
L’Échappée

Pour Germaine Berton, une seule obsession : tuer Léon Daudet, l’un des dirigeants royalo-nationalistes de L’Action française. À défaut, son homologue Charles Maurras pourra faire l’affaire. C’est finalement le chef des Camelots du roi, Marius Plateau, qui essuiera les tirs de son pistolet. L’affaire Berton peut alors commencer. Et emplir les colonnes de la presse tout au long de l’année 1923. En effet, passé ce meurtre, bien des rebondissements s’enchaînent : saccages et agressions, enquêtes et procès, menaces et insultes, sur fond de polémiques politiciennes. Sans compter les suicides et les enterrements pour parfaire le tableau.

À partir d’une étude exhaustive et originale de la presse de l’époque, ce livre illustré de plus de 500 documents retrace dans ses moindres recoins la vie emportée d’une femme identifiée par beaucoup, dont les surréalistes, à une héroïne.
Il nous plonge au jour le jour dans le bain politique d’une époque agitée, fait d’affrontements de rue, de péripéties judiciaires et de combats idéologiques féroces entre anarchistes et royaliste.

https://www.lechappee.org/auteurs/frederic-lavignette


LOLA MIESSEROFF
FILLE À PÉDÉS

arton1868

Postface d’Hélène Hazera
152 pages
$12
Libertalia

« Il y a des filles à matelots, il y a des filles à soldats, toi ma chérie tu es une fille à pédés ! » Lola Miesseroff n’avait que 18 ans en 1966 lorsqu’elle s’entendit asséner ce qui devint rapidement une évidence : elle aimait se lier d’amitié avec les hommes qui préfèrent les hommes et ceux-ci le lui rendaient bien. Une enfance « dégenrée », une éducation naturiste et libertaire, et un milieu familial socialement en marge où la liberté – y compris celle de l’amour et du sexe – était une valeur clé l’avaient sans doute bien préparée à ce destin un peu particulier. Des années 1950 à nos jours en passant par Mai 68, de Marseille à Paris via San Francisco, des boîtes de nuit au mariage et au Front homosexuel d’action révolutionnaire (FHAR), c’est son aventure picaresque et bigarrée qu’elle conte dans ce récit de vie où l’on rencontre des femmes et des hommes singuliers, homos, hétéros et bisexuels, folles et garçonnes, travestis et transgenres.

Pour l’autrice, en lutte depuis sa jeunesse contre « le vieux monde », l’amour et l’exultation des sens sont aussi des armes de combat. Un combat qui ne vaut que s’il est vécu dans la dérision et la fantaisie, ce qu’avaient déjà pu constater les lectrices et lecteurs de son Voyage en outre-gauche (Libertalia, 2018).

http://www.editionslibertalia.com/catalogue/poche/fille-a-pedes


JOHN HOLLOWAY
LA RAGE CONTRE LE RÈGNE DE L’ARGENT

arton1787

80 pages
$8
Libertalia

« Le capital nous invite sans cesse à lui rappeler à quel point nous l’aimons : “reviens capital, donne-moi du travail, fais couler l’argent dans nos vies !” Voilà ce qui constitue la base des politiques traditionnelles à gauche : se battre pour le droit au travail. Mais le défi est de mettre la crise à l’envers, casser cet éternel retour à la soumission et dire au capital : nous refusons de devenir des robots à ton service. Il est maintenant temps pour toi de te retirer parce que nous avons autre chose à faire de nos vies. Nous voulons créer un monde qui a un sens. »

Dans ce petit livre, John Holloway démontre en un raisonnement limpide en quoi l’argent est une forme de lien social bien spécifique, conditionnant toute activité humaine, tendant nécessairement à la souffrance et à la destruction. Sans jargon, il rend évidentes les implications sociales du capitalisme (expansion du capital, rôle de l’État et crise de la dette) et engage la construction d’une « nouvelle grammaire » de la révolte.
John Holloway, né en 1947, est un politologue irlandais proche des zapatistes, auteur de Changer le monde sans prendre le pouvoir (Syllepse/Lux, 2008), Crack Capitalism, 33 thèses contre le capital (Libertalia, 2012) et Lire la première phrase du Capital (Libertalia, 2015).

http://www.editionslibertalia.com/catalogue/poche/la-rage-contre-le-regne-de-l-argent


NEIL POSTMAN
TECHNOPOLY
Comment la technologie détruit la nature.

technopoly20neil20postman_1

224 pages
$27
L’Échappée

Nous sommes entrés dans l’ère de la Technopoly. Soit une société dans laquelle la culture est entièrement soumise aux impératifs technologiques. Tout doit y être mesuré, évalué avec le plus haut degré de précision, converti sous forme de données quantifiables et objectives, pour permettre à des machines ou à des experts d’assurer, pour notre plus grand bonheur, la gestion de nos vies. Bien que l’information n’ait jamais été aussi facile d’accès et présente en telle quantité, nous sommes désemparés, incapables d’appréhender un monde devenu d’une grande complexité. D’autant que les institutions sociales (l’école, la famille, les organisations politiques…) et les valeurs au fondement de la culture humaniste – qui structuraient jusqu’alors nos existences tout en favorisant le développement de notre autonomie et de notre faculté de jugement – ont rendu les armes face au monopole de la technique.

Les réflexions développées dans ce livre retentissant de Neil Postman, publié pour la première fois aux États-Unis en 1992, n’ont rien perdu de leur actualité. Bien au contraire, elles révèlent avec une rare lucidité les fondements des mutations profondes qui n’ont fait que s’accélérer depuis. En remontant aux origines de la science moderne et de l’idéologie du progrès, l’auteur dresse un constat sans appel : la soumission de la culture à la technique menace à terme de détruire les sources vitales de notre humanité.

https://www.lechappee.org/collections/pour-en-finir-avec/technopoly


ANTONINI FRÉDÉRIC
POUR UNE ÉCONOMIE LIBERTAIRE
PISTES ET RÉFLEXIONS

pour-une-economie-libertaire

80 p.
11 x 17 cm
$12
nada éditions

Une économie libertaire ? Ces deux termes semblent antithétiques. Et pourtant, comment ordonner la production et les échanges, essentiels à l’organisation de toute société humaine, sans repenser fondamentalement les rapports économiques qui régissent notre quotidien ? Quelles formes pourrait prendre une économie fondée sur l’égalité, la liberté, la responsabilité, l’entraide et la justice sociale ? Cet opuscule, sans prétendre constituer un programme définitif et dogmatique, offre à la réflexion des pistes sur les moyens d’atteindre un autre modèle de société dont l’objectif ne serait plus le profit en faveur d’une minorité, mais l’épanouissement de chacun au sein de la collectivité.

Cet article a été publié dans Livres en français, Non-classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.