NOUVEAUTÉS FIN DÉCEMBRE 2017

EMMA GOLDMAN
L’AGONIE DE LA RÉVOLUTION
MES DEUX ANNÉES EN RUSSIE (1920-22)

300 pages
Traduction : Etienne Lesourd
$22
Les Nuits rouges
Ce livre contient les récits des rencontres d’Emma Goldman, célèbre anarchiste américaine, avec les dirigeants et militants bolchéviques, ainsi qu’avec les anarchistes persécutés et d’innombrables anonymes rencontrés au cours de ses voyages en Russie soviétique. Elle constate que, deux ans et demi après Octobre, Le système, dont elle analyse la nature, réunit déjà en germe tout ce qui fera le totalitarisme stalinien, à l’exception du culte de la personnalité, dont Lénine ne voulait pas.

**********************************

JOSÉ PIERATS
LA CNT DANS LA RÉVOLUTION ESPAGNOLE
TOME 1


340 p. – 15 x 21 cm – 340 g
Préface : Frank Mintz
Traduction : Frank Mintz et Ramon Pino
$30
Noir et rouge
À la demande de la Confederación Nacional del Trabajo (Confédération nationale du travail) syndicat anarchiste espagnol alors en exil, José Peirats a été chargé de rédiger une histoire de ce syndicat, qui fut, sans nul doute, l’une des plus grandes organisations anarcho-syndicalistes de tous les temps, regroupant, à certains moment de son histoire, plus d’un million et demi d’adhérents.
L’auteur revient sur ses origines, montrant ainsi le profond enracinement de l’anarchisme dans le prolétariat espagnol, et analyse son rôle dans le processus révolutionnaire et la guerre contre le fascisme de la période 1936-1939.
Premier volume de trois tomes.

**********************************

COLLECTIF
DE L’AUTOGESTION
THÉORIES ET PRATIQUES

350 p. – 14 x 21 cm
$20
CNT-RP

Ce livre explore deux aspects de l’autogestion, l’un historique, l’autre actuel, vivant, vivace, fait d’expériences, de réussites et parfois de déboires.
Il s’agit d’éclairer une notion essentielle de la lutte des classes : le besoin viscéral de la classe exploitée de prendre ses affaires en main, tant dans l’entreprise que dans la société. À contre-courant des renoncements actuels, il est utile et nécessaire de revenir sur cette problématique émancipatrice. L’analyse de son itinéraire historique et politique nous permet d’en donner une définition renouvelée et pragmatique.
Mais l’autogestion n’est pas, loin s’en faut, une théorie figée ou un dogme. L’aspiration à ce principe se conjugue au présent aux quatre coins de la planète. C’est ce qui distingue fondamentalement cette pratique. Elle doit être un fait, ici et maintenant, ou elle ne sera rien demain.
Ce livre n’est pas une profession de foi. C’est un outil permettant d’enrichir notre compréhension, nos réflexions, nos luttes pour imaginer un autre futur.

**********************************

LOUISE BRYANT
SIX MOIS ROUGES EN RUSSIE
Récit d’un témoin direct en Russie avant et pendant la dictature prolétarienne (1917-1918)

372 pages. Poches
$15
Libertalia
Alexandra Kollontaï, Maria Spiridonova, Catherine Breshkovski, mais aussi Alexandre Kerenski, Pavel Dybenko, Julius Martov, telles sont quelques-unes des grandes figures que l’on croise au long de ce récit épique, empathique et didactique écrit à chaud entre septembre 1917 et mars 1918 et traduit pour la première fois en français. Envoyée spéciale du Metropolitan et de Seven Arts, Louise Bryant décrit la société russe en révolution, et s’intéresse tout particulièrement à la condition féminine. Elle cherche à convaincre ses compatriotes de soutenir la jeune république soviétique. Relu avec un siècle de recul, son livre dresse le portrait d’un monde sorti des chaînes où tout semblait possible.

**********************************

MARTIN BARZILAI
REFUZNIKS
Dire non à l’armée en Israël.

$30
Libertalia
Ils s’appellent Tamar, Yaron ou Gal, ils sont étudiants, agriculteurs, postiers, anciens officiers ou parlementaires. Ils vivent à Tel Aviv ou à Jérusalem, ils ont 20, 40 ou 60 ans.
Entre 2007 et 2017, le photographe Martin Barzilai a rencontré à plusieurs reprises une cinquantaine de ces Israéliens dits « refuzniks », qui refusent, pour des raisons politiques ou morales, de servir une société militarisée à l’extrême où le passage par l’armée est constitutif de la citoyenneté.
En filigrane, ces refuzniks racontent toute l’histoire d’Israël, ses failles et ses contradictions, son caractère pluriel. Et dressent le portrait d’une société où tout devra être repensé pour construire un futur moins sombre.

**********************************

ANGELA DAVIS
BLUES ET FÉMINISME NOIR
Blues Legacies and Black Feminism
Gertrude « Ma » Rainey, Bessie Smith et Billie Holiday

Traduit par Julien Bordier
416 pages + 1 CD audio 18 titres
$30
Blues et féminisme noir explore l’œuvre de deux blueswomen quelque peu oubliées : Gertrude « Ma » Rainey (1886-1939) et Bessie Smith (1894-1937). La première incarne le blues traditionnel, la seconde, le blues classique. Dévalorisée par les spécialistes du blues et du jazz – qui sont en général des hommes blancs –, l’œuvre de ces chanteuses porte un message spécifique : elle affirme la place et les revendications d’autonomie des femmes noires américaines.
En analysant et en contextualisant les paroles de leurs chansons, Davis met en évidence les prémices du féminisme noir et les signes avant-coureurs des grandes luttes émancipatrices à venir. Elle montre que Ma Rainey et Bessie Smith furent les premières rock stars de l’histoire de la musique : or elles étaient noires, bisexuelles, fêtardes, indépendantes et bagarreuses.
Elles posèrent les bases d’une culture musicale qui prône une sexualité féminine libre et assumée, qui appelle à l’indépendance et à l’autonomie des femmes aux lendemains de la période esclavagiste, en revendiquant avec détermination l’égalité de « race » et de genre.
Cette réflexion s’étire aux années 1940 en évoquant l’œuvre de Billie Holiday (1915-1959). Angela Davis réhabilite la conscience sociale de cette chanteuse d’envergure, trop souvent présentée sous le simple prisme des turpitudes de sa biographie.
Blues et féminisme noir propose une histoire féministe et politique de la musique noire des années 1920 aux années 1940.

**********************************

ARMEL CAMPAGNE
LE CAPITALOCÈNE
AUX RACINES HISTORIQUES DU DÉRÈGLEMENT CLIMATIQUE

200 p. – 12,5 x 19 cm –
Collection Pensées radicales
Préface : Christophe Bonneuil
$18
Éditions Divergences

Le dérèglement climatique nous aurait fait entrer dans « l’Anthropocène », cette ère géologique durant laquelle l’espèce humaine serait devenue la force écologique majeure. Mais le dérèglement climatique est-il réellement imputable à l’« espèce humaine » de manière indifférenciée et prise comme espèce naturelle ? Des historiens ont mis en doute cette vision simpliste, en faisant de l’industrialisation – et donc du dérèglement climatique – un processus résultant avant tout des dynamiques du capitalisme, inventant à cette occasion un nouveau concept : le Capitalocène. Cet ouvrage effectue un panorama critique des propositions de ces historiens en vue d’une nouvelle histoire des causes historiques du dérèglement climatique.

Publicités
Cet article a été publié dans Non-classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s