Encore des nouveautés!

POUR L’ANARCHO-SYNDICALISME

CONTRE TOUTES LES DOMINATIONS

GOUTTE GUILLAUME

pour-l-anarcho-syndicalisme3

88 p. – 11 x 17 cm –
$11
 nada éditions

Quel que soit le parti politique au pouvoir, l’État ne servira jamais que les intérêts des classes possédantes et dirigeantes, au détriment de ceux du prolétariat, victime d’une exploitation aux formes multiples, tantôt perverses tantôt décomplexées, toujours violentes.

Salariés, travailleurs précaires, chômeurs, nous n’avons que trop confié notre avenir et nos aspirations à ceux qui nous exploitent et nous soumettent. Aujourd’hui, face à l’ampleur de l’offensive antisociale et sécuritaire, face au retour des idéologies réactionnaires qui viennent renforcer les dominations racistes, sexistes, sexuelles et culturelles, il est urgent de reprendre goût à la lutte, à la grève, de redescendre dans nos rues et de nous réapproprier ces espaces populaires de combat et de solidarité que devraient être les syndicats.

À la fois pratique et projet de société, l’anarcho-syndicalisme, bien que né à la fin du xixsiècle, reste le moyen le plus indiqué, pourvu qu’on s’efforce de le (re)penser en phase avec les réalités actuelles, pour en finir avec toutes les dominations.

L’enjeu, pour nous tous et toutes, n’est pas seulement défensif : il s’agit surtout, à terme, de reconquérir le temps de vivre.

Guillaume Goutte passe beaucoup de temps en montagne. Mais de retour au plat paysage bétonné de la ville, rattrapé par le fléau des rapports de production, il exerce, bon gré mal gré, le métier de correcteur. Il milite au groupe Salvador-Seguí de la Fédération anarchiste et à la CGT, avec l’espoir de voir un jour un monde libéré de l’exploitation et de l’autorité. De cet engagement militant, il tire ces quelques réflexions.

 

 

CLARA WICHMANN

TEXTES CHOISIS

clara-wichmann

50 p. – 15 x 21 cm –
Collection Désobéissances libertaires 
$10
 Les Éditions libertaires

 Clara Wichmann (1885-1922), hollandaise d’origine allemande, précède de quelques années l’Allemand Fritz Oerther (1869-1935) dans l’élaboration d’une pensée non-violente et libertaire. Bien que ne connaissant pas Gandhi, Clara Wichmann, dépassant l’alternative « Ne rien faire ou lutter par les armes », fut une des premières à utiliser le mot de « non-violence » et à concevoir la notion d’action directe non-violente.

Dans ces quatre « Textes choisis », cette féministe, juriste, pédagogue, met en avant une société non capitaliste, non autoritaire et non-violente.

Une réflexion d’une actualité brûlante au jour d’aujourd’hui.

 

BOHEMIANS

UNE HISTOIRE GRAPHIQUE DES AVANT-GARDES ARTISTIQUES AUX ÉTATS-UNIS

BUHLE PAUL BERGER DAVID

bohemians

240 p. – 19 x 27 cm
$34
 nada éditions

Cette histoire graphique des avant-gardes artistiques américaines fait revivre, à travers différents portraits et anecdotes, les grandes figures de la Bohème aux États-Unis, de Walt Whitman à Harvey Pekar et Robert Crumb en passant par Oscar Wilde, Alfred Stieglitz, Marcel Duchamp, Francis Picabia, Gertrude Stein, Joséphine Baker, Woody Guthrie, Billie Holiday, Charlie Parker, Dizzy Gillespie, etc.

Les récits réunis ici revisitent les idées utopiques et l’esprit de liberté que ce mouvement cosmopolite et radical a insufflés au monde des arts, de la littérature, de la musique, de la danse et rendent compte de l’effervescence des quartiers aujourd’hui mythiques de Greenwich Village, Harlem ou Brooklyn.

Illustré par les principaux représentants de la bande dessinée underground américaine (Peter Kuper, Spain Rodriguez, Sharon Rudahl, Jeffrey Lewis, etc.) et coordonné par Paul Buhle (Une histoire populaire de l’empire américain) et David Berger, Bohemians est le récit foisonnant et passionnant des élans rebelles qui ont traversé l’histoire culturelle des États-Unis aux XIXe et XXe siècles.

 

DÉSOBÉISSANCES LIBERTAIRES

MANIÈRES D’AGIR ET AUTRES FAÇONS DE FAIRE

BERNARD ANDRÉ SOMMERMEYER PIERRE

 

desobeissances-libertaires2

80 p. – 11 x 17 cm –
$12
 nada éditions

André Bernard et Pierre Sommermeyer, actifs militants anarchistes, réfractaires à la guerre d’Algérie, auteurs de nombreux articles et ouvrages, collaborateurs réguliers du Monde Libertaire et membres du collectif de rédaction de Réfractions, proposent dans cet essai, à travers une série d’exemples de luttes non-violentes, des pistes de réflexion et des moyens d’action pour imaginer une révolution qui ne sacrifie pas à ses objectifs son éthique.

La prochaine révolution, libertaire évidemment, sera non-violente ou ne sera pas.

Suivi de Prendre les armes ?

Nouvelle édition augmentée.

 

«Pareillement les tyrans, plus ils pillent, plus ils exigent, plus ils ruinent et détruisent, plus on leur baille, plus on les sert, de tant plus ils se fortifient et deviennent toujours plus forts et plus frais pour anéantir et détruire tout ; et si on ne leur baille rien, si on ne leur obéit point, sans combattre, sans frapper, ils demeurent nus et défaits et ne sont plus rien, sinon que comme la racine, n’ayant plus d’humeur ou aliment, la branche devient sèche et morte. Étienne de La Boétie, Discours de la servitude volontaire.»

 

LA COLONISATION DU SAVOIR

UNE HISTOIRE DES PLANTES MÉDICINALES DU « NOUVEAU MONDE » (1492-1750)

BOUMEDIENE SAMIR

la-colonisation-du-savoir2

480 p. – 14,5 x 21,5 –
$34
 Les Éditions des mondes à faire

Tabac, coca, quinquina, cacao, gaïac, peyotl, poisons, abortifs… De 1492 au milieu du XVIIIe siècle, les Européens s’approprient en Amérique d’innombrables plantes médicinales. Au moyen d’expéditions scientifiques et d’interrogatoires, ils collectent le savoir des Indiens ou des esclaves pour marchander des drogues, et élaborent avec elles les premières politiques de santé. Dans le même temps, inquisiteurs et missionnaires interdisent l’usage rituel de certaines plantes et se confrontent aux résistances des guérisseurs. Botanique, fraudes et sorcellerie : entre les forêts américaines et les cours du Vieux Monde, ce livre raconte l’expansion européenne en Amérique dite du Sud comme une colonisation du savoir.

 

LA RAGE DU SOCIAL

OTT LAURENT

la-rage-du-social2

90 p. – 14 x 21 cm
$12
 Éditions du Monde libertaire

Le travail social est aujourd’hui en crise comme tous les secteurs et toutes les institutions. C’est en dehors des institutions, des structures, et des pratiques traditionnelles que s’invente, ou s’inaugure jour après jour, le travail social de demain.

Celui-ci expérimente d’autres modalités d’intervention : le travail hors cadre et hors institutions au plus près des publics et des groupes marginalisés. Bien que minoritaires et précarisées, ces expériences existent et se répandent. Elles appellent l’ensemble des acteurs éducatifs et sociaux, au delà des cloisonnements (professionnels / usagers), ou par secteur (l’Ecole, l’Education populaire, l’Education spécialisée) à s’approprier leurs pratiques, leurs terrains et l’ingénierie de leur intervention.

Les textes réunis dans ce recueil sont directement liées aux pratiques concrètes qui les inspirent. Ils  sont écrits par un seul auteur mais s’inspirent d’une expérience plurielle et collective. Ils traitent des questions vives de l’intervention sociale et éducative dans une perspective engagée.

 

POUR EN FINIR AVEC L’USINE !

LEVARAY JEAN-PIERRE

pour-en-finir-avec-l-usine

176 p. – 14 x 21 cm – 300 g
$20
Les Éditions libertaires

« J’ai fait mon temps à l’usine. Même pas parti dans un plan de restructuration, et pas eu le courage de démissionner. J’ai fait mes quarante-deux ans. On a tous cru que la boîte ne tiendrait pas des années et on annonce toujours sa fin prochaine. Et pourtant elle tourne…

Alors pour en finir avec elle, un état des lieux, des portraits de prolos, des luttes, des moments de déconne entre collègues pour tenir le coup. Pas de la nostalgie, juste des instantanés sur mes années d’usine. Je quitte l’usine et ne me retourne pas. Pas par peur d’être transformé en statue de sel, mais parce que c’est devenu mon passé et que j’ai tant d’autres choses à faire. »

LA TRAGÉDIE DE L’ESPAGNE

ANALYSE DU CONFLIT (1936-1938)

ROCKER RUDOLF

Préface : Miguel Chueca
la-tragedie-de-l-espagne

180 p. – 11 x 17 cm – 130 g
$16
CNT-RP

En juillet 1936, Franco lance un coup d’État contre la république espagnole. Ce putsch va entraîner une guerre civile opposant notamment les franquistes aux anarcho-syndicalistes et aux communistes. Les puissances européennes et soviétiques vont alors chacune défendre une politique servant leurs intérêts.

Dans ce texte écrit en 1938, Rudolf Rocker, historien et théoricien du mouvement libertaire, met en lumière la géopolitique du conflit au niveau national et international.

Ce livre est une excellente première approche du conflit espagnol de 1936. À compléter par la lecture de La Collectivisation en Espagne pour avoir une vision d’ensemble de ce qui se révèle être un temps majeur de l’histoire moderne des politiques occidentales.

Publicités
Cet article a été publié dans Non-classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s