Nouveautés décembre 2016

Les nouveautés de fin d’année commencent à arriver à la librairie, pour des cadeaux anarchistes : des livres anarchistes !

AUZIAS Claire et HOUEL Annik
La grève des ovalistes (Lyon, juin-juillet 1869)

Atelier de Création Libertaire

Octobre 2016
 184 pages
 prix : $21

Préface de Michelle Perrot

Cette grève des ovalistes, réputée première grande grève de femmes ouvrières en France, est exemplaire des enjeux qui traversent l’histoire des femmes et l’histoire de la classe ouvrière, deux histoires rarement menées sur la même ligne de front, et dont la confiscation de la parole des femmes est le symbole.

Juin 1869 : 1 800 femmes sortent de leurs ateliers lyonnais et se mettent spontanément en grève. Elles sortent aussi leurs malles puisque leur lieu de travail est aussi leur lieu de vie, et si c’est cette spectaculaire occupation de la rue qui est mise en avant par la presse, ce n’est pourtant pas ce que les militants ouvriers qui vont s’intéresser (enfin) à elles vont retenir.

Après plusieurs semaines de grève, possible grâce à la caisse de solidarité de l’AIT (Association internationale des travailleurs) leur adhésion, demandée en retour à cette AIT va être l’enjeu des rivalités toutes masculines en son sein entre courants marxiste et anarchiste. C’est le courant anarchiste bien implanté à Lyon autour de la figure de Bakounine qui va l’emporter : il va être le représentant au crucial Congrès de Bâle, en septembre 1869, des 8 000 ouvrières qui ont adhéré.

Claire Auzias a fait des études de sociologie et d’histoire à l’université Lyon 2. Elle a consacré ses travaux à l’histoire de l’anarchisme, des femmes et du féminisme, et des Roms. Chacune de ces thématiques a donné lieu à des publications. Elle a dirigé les éditions Egrégores et actuellement termine une histoire sociale de Mai 68 à Lyon à paraître en 2017.

Annik Houel a été professeure de psychologie sociale à Lyon 2. Elle est membre d’un centre d’enseignements et de recherches féministes, le CLEF, rebaptisé Centre Louise Labé, ainsi que du CA de l’ANEF, qui milite pour la reconnaissance des études féministes dans la recherche et à l’université. Elle a publié divers ouvrages dont le dernier, Rivalités féminines au travail, L’influence de la relation mère-fille, a été édité en 2014 chez Odile Jacob.

Première édition : Payot, Paris, 1982

 

ALBEROLA Octavio
La révolution entre hasard et nécessité

Atelier de Création Libertaire

 Novembre 2016
 122 pages et 14 pages de photographies
 prix : $18 

Il n’y a pas d’autre alternative aujourd’hui que celle de se révolter ou d’être complice de ce que le monde peut advenir aux mains des obsédés par les richesses, le pouvoir et le développement technologique.  »  La lecture du texte d’Octavio Alberola met en évidence une continuité dans sa vie, dans ses actions, comme dans ses présupposés fondamentaux. Une continuité qui s’est manifestée tout au long de ses soixante-dix ans d’activité militante.

Ce livre s’inscrit dans l’effort de rénovation de l’anarchisme et dans l’émergence, un peu partout dans le monde, de nouvelles sensibilités subversives. Nous nous en réjouissons.

Avant-propos de Tomás Ibáñez

MARIGOT Michèle 
L’anarchosyndicalisme à Lyon (1880-1914)

Atelier de Création Libertaire  

 Octobre 2016
 144 pages
 prix : $18 

Préface de Daniel Colson

En 1880, le mouvement ouvrier lyonnais présente une physionomie particulière dans l’ensemble du mouvement ouvrier français. La révolte des canuts en 1831 l’a porté à l’avant-garde du prolétariat et, de ce fait, l’a marqué d’une originalité profonde. Or, à partir de 1880, et jusqu’en 1914, la lutte ouvrière française s’intensifie et surtout s’organise et s’unifie. Le prolétariat lyonnais, dans ses conditions nouvelles, conserve-t-il son originalité, maintient-il ses traditions révolutionnaires  ?

Un élément nouveau se manifeste alors : Lyon et la région du Sud-Est se présentent comme l’un des foyers importants sinon le foyer de l’anarchisme français. Jusqu’alors le mouvement ouvrier lyonnais n’avait jamais revêtu d’aspects spécifiquement anarchistes. Certes, il avait été marqué par le passage de Bakounine et sa participation à la tentative insurrectionnelle de septembre 1870. Tout au plus, pouvait-on dire qu’il manifestait des tendances favorables au développement d’un courant anarchiste, mais il devait son originalité essentiellement et uniquement à son action autonome.

Ainsi, en 1880, s’implante un mouvement qui lui est étranger, qui ne fait pas partie intégrante de ses traditions et de son passé. Ce mouvement susceptible de lui apporter une orientation nouvelle, sinon de le transformer, avait donc quelque chance de s’intégrer dans le contexte lyonnais. Et ce d’autant plus qu’à partir de cette année-là, les anarchistes se manifestent avec virulence, et que certains, entrant dans les syndicats, contribuent largement, par leur action et leur propagande, à l’unification et à l’orientation de la lutte ouvrière française.

Ce mouvement anarchiste nouveau, étranger, original, s’il s’intégrait dans le mouvement ouvrier lyonnais et donc le teintait d’une couleur nouvelle, ne contribuait-il pas à l’insérer et à l’intégrer dans le cadre de la lutte nationale  ?

Étudiante en histoire en 1965, Michèle Marigot entame l’équivalent d’une maîtrise. Elle fait alors partie des milieux d’extrême gauche et, sensible aux idées libertaires, elle s’intéresse à l’histoire du mouvement ouvrier.

 

MASSARD Marcel – GALLET Laurent

Histoire du mouvement anarchiste à Lyon (1880-1894)
suivi de Aspects de la vie quotidienne des anarchistes à Lyon à la fin du XIXe siècle

Atelier de Création Libertaire  

 Juillet 2016
 288 pages – cahier photos couleurs de 16 pages 
 prix : $27

L’anarchisme en tant que mouvement politique est né dans les années 1870. Or, si de nombreux ouvrages lui ont déjà été consacrés, aucun texte jusqu’à présent n’avait été publié sur l’histoire des anarchistes à Lyon, ville où ils commencèrent à s’organiser, à publier des journaux et à s’investir dans des luttes. Et pourtant, dès 1954, Marcel Massard écrit un mémoire qui retrace cette histoire. Le texte, conservé dans des bibliothèques, sera souvent consulté par des chercheurs, mais il est resté inédit jusqu’à présent.

Pour retracer cette histoire, M. Massard s’est servi du peu de livres et de documents disponibles à l’époque, trouvant surtout matière dans les comptes rendus de la police qui suivait de près ces « individus dangereux pour l’ordre public »  ; dangereux aussi bien pour les idées qu’ils prônaient, que par les quelques actions d’éclat dont ils furent les auteurs (ou soupçonnés l’avoir été).

Le texte de M. Massard, bien qu’influencé par ces « comptes rendus » à usage de la police, réussit toutefois à rendre vivante une époque, certes lointaine, et nous montre la richesse d’un mouvement dont la rêverie libertaire, au-delà des clichés qui l’ont entourée hier comme aujourd’hui, penche toujours vers un monde de justice, de paix, et d’utopies concrètes à mettre en place ici et maintenant.

Enfin, pour redonner encore davantage de « chair » à l’histoire de ces anarchistes d’un autre siècle, nous avons demandé à Laurent Gallet de restituer quelques aspects de leur vie quotidienne. Ces anecdotes, racontées avec minutie et vivacité, deviennent alors des éléments précieux pour comprendre notre propre histoire.

 


BAILLARGEON Normand

Anarchisme et éducation
Anthologie – Tome 1 – 1793-1918

M Éditeur

octobre 2016

Prix : 34,95 $
Pages : 368

La présente anthologie, qui comprend deux tomes, réunit les principaux écrits consacrés à l’éducation de ces théoriciens et praticiens anarchistes, des écrits trop peu connus et souvent difficilement accessibles. On retrouve dans ce premier tome, qui couvre les années 1793 à 1918, des textes de Michel Bakounine, Sébastien Faure, Francesco Ferrer, William Godwin, Pierre Kropotkine, Fernand Pelloutier, Pierre-Joseph Proudhon, Paul Robin et Max Stirner.

Ils mettent en lumière une riche et toujours inspirante tradition de pensée, de militantisme et de réalisations concrètes.

 

Publicités
Cet article a été publié dans Non-classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s