NOUVEAUTÉS L’INSOUMISE MAI 2016

IMG_20160511_142642

Un aperçu de nouveautés pour le salon du livre anarchiste et déjà disponible à la librairie.

LES ANARCHISTES CONTRE LE MUR

PRÉSENTATION D’URI GORDON ET D’OHAL GRIETZER

COLLECTIF

les-anarchistes-contre-le-mur

Des femmes et des hommes d’Israël passent la ligne de démarcation, franchissent le mur dressé par leur pays pour dire qu’un autre recours que la séparation est possible. Ils manifestent avec ceux qu’on leur désigne comme des ennemis et affirment, sans violence, leur détermination.

On leur a collé le nom d’anarchistes pour les discréditer ; maintenant, ils le revendiquent. C’est là un anarchisme vivant, en actes, vivace comme une mauvaise herbe qui pousse spontanément entre les pierres.

Devant l’engagement des compagnons israéliens, devant leur stratégie qui tire des bords entre légalité et illégalité, nous ne pouvons qu’être consternés par la discrétion médiatique qui les entoure.

138 pages

$18
 Les Éditions libertaires

http://www.hobo-diffusion.com/catalogue/1270/les-anarchistes-contre-le-mur
***

LA CRITIQUE DU PRODUCTIVISME DANS LES ANNÉES 1930

MYTHES ET RÉALITÉS

PELLETIER PHILIPPE

la-critique-du-productivisme-dans-les-annees-1930

L’auteur de ce livre, Philippe Pelletier critique la tendance «antiproductiviste» de l’écologisme, très en vogue aujourd’hui. Il y pointe tout ce que ce courant doit à la critique des « non-conformistes » des années 30, à commencer par le groupe L’Ordre nouveau, introducteur en France de la notion de productivisme ainsi que de sa critique.

Il ne se borne pas à faire œuvre d’historien mais procède aussi à une « critique de la critique » écologiste : ce n’est pas seulement à cause de ses accointances avec les fascismes d’autrefois qu’on doit refuser la pensée antiproductiviste d’aujourd’hui, mais aussi, et surtout, parce qu’elle ne permet pas de comprendre la vraie nature du capitalisme et de mener le bon combat contre lui.

165 pages
$20

 Noir et rouge

http://www.hobo-diffusion.com/catalogue/1241/la-critique-du-productivisme-dans-les-annees-1930

 ***

CELLES DE 14

LA SITUATION DES FEMMES AU TEMPS DE LA GRANDE BOUCHERIE

HERNANDEZ HÉLÈNE

celles-de-14

Les femmes restent les grandes oubliées des guerres. Pourtant elles vivent le départ des hommes – mari, compagnon, fils, père – et qu’elles soient favorables ou non à la guerre, elles craignent ce qu’il adviendra de ces guerres des puissants qui envient au massacre les humbles et les pauvres. Tous ceux qui sont appelés ne partent pas la fleur au fusil, et bien souvent, toutes celles qui restent n’ont guère d’ambition guerrière.

Pendant la première guerre mondiale, le quotidien de la vie des femmes est bouleversé. Mais quelle est cette histoire de ces femmes de 1914 ? Quelle est la réalité sociale et économique : solitude, chagrin du deuil, responsabilités nouvelles en remplaçant les hommes dans de nombreux métiers ? Mais aussi quel engagement militant dans le mouvement politique, féministe, pacifiste ?

Ces quatre années ont-elles représenté une marche vers l’émancipation des femmes ou au contraire une consolidation des rôles et des rapports sociaux de sexe ? Car au lendemain de la guerre, l’ordre du jour est pour les femmes de rendre leur place aux hommes et de se consacrer au repeuplement de la France.

À partir de nombreuses lectures croisées, et nourrie d’une militance anarchiste, anarcho-syndicaliste et féministe, l’auteure tente de cerner ce que cette histoire dit de la situation des femmes d’aujourd’hui. La guerre tue toujours, et de plus en plus de population civile : les femmes en paient un lourd tribut sans que leur histoire puisse être au grand jour.

120 p.
$16

 Les Éditions libertaires

http://www.hobo-diffusion.com/catalogue/1163/celles-de-14

***

VOLUME 2

ANARCHISME ET CAUSE ANIMALE

ACTUALITÉ DE LA PROBLÈMATIQUE

Préface : Philippe Pelletier

COLLECTIF

 

anarchisme-et-cause-animale

La question du rapport entre l’être humain et l’animal est riche d’implications dans tous les domaines : philosophique, social, éthique, économique, géographique, écologique… Un précédent volume a montré qu’avec Proudhon, Bakounine, Louise Michel, Reclus ou Kropotkine, les théoriciens anarchistes ont porté leur réflexion dans ce domaine sans attendre une certaine mode.

Tout en se demandant à quel point, et pourquoi, la question animale ne serait pas un nouvel « agent dissolvant » du mouvement libertaire, car fratricide, ce livre rassemble trois contributions qui portent sur des problématiques actuelles, notamment abordées par les végétariens, les végétaliens et les véganes.

La première pose la question du « meurtre » — sur un humain ou un animal — dans l’histoire et la pensée du mouvement anarchiste puisque le fait de « tuer » constitue un point essentiel d’achoppement.

La deuxième s’interroge sur la souffrance et le processus de sélection naturelle, en posant la question de l’« exploitation » ou non des animaux par l’être humain.

La troisième se demande si une société humaine devenue entièrement végétarienne est géographiquement et écologiquement viable.

Loin de se cantonner dans un domaine philosophique abstrait, leur réflexion mobilise avec esprit critique le contexte historique, géographique, politique et idéologique, d’hier comme d’aujourd’hui. La question animale n’est pas indépendante de la question sociale, anti-capitaliste et anti-étatiste.

120 p. –
$14

 Éditions du Monde libertaire

http://www.hobo-diffusion.com/catalogue/1234/anarchisme-et-cause-animale

***

AFFINITÉS NON ÉLECTIVES

POUR UN DIALOGUE SANS LANGUE DE BOIS ENTRE MARXISTES ET ANARCHISTES

BERTHIER RENÉ

affinites-non-electives

L’histoire nous a habitués à ne voir dans les rapports entre anarchisme et marxisme qu’une opposition irréductible entre deux courants du mouvement ouvrier que tout sépare. Certes, cette opposition ne saurait être sous-estimée, et encore moins occultée. Mais à plus d’un siècle de distance il serait temps d’aborder les choses d’un point de vue dépassionné.

L’élaboration théorique de penseurs comme Proudhon, Marx et Bakounine doit être restituée dans le lent mouvement de travail qui, au xixe siècle, tente de mettre en place un instrument d’analyse permettant de comprendre les mécanismes de la société capitaliste.

Ces convergences ne sauraient occulter le fait que les régimes politiques se réclamant de l’héritage de Marx ont tous fait couler beaucoup de sang ouvrier. Il faudra bien un jour rendre des comptes et ne pas se contenter de dire : « Kronstadt ? Oui, c’était une erreur… »

188 p. –
$20

 Les Éditions libertaires

http://www.hobo-diffusion.com/catalogue/1159/affinites-non-electives

***

REFUSER DE PARVENIR

IDÉES ET PRATIQUES

COLLECTIF

refuser-de-parvenir3

Nous vivons aujourd’hui sous l’injonction de la réussite. Réussir, c’est rentrer corps et âme dans la compétition pour se hisser au-dessus des autres. Certain.es, pourtant, refusent de gravir les échelons et de se compromettre avec le pouvoir.

Le refus de parvenir a été et reste largement pratiqué et discuté au sein du mouvement anarchiste, depuis Michel Bakounine, Élisée Reclus et Emma Goldman jusque dans les luttes actuelles, en passant par les syndicalistes révolutionnaires.

Ce recueil, qui compile contributions originales, entretiens actuels et traductions inédites,  propose de découvrir différents aspects de ce principe radical d’insoumission.

Ouvrage coédité par le Centre international de recherches sur l’anarchisme de Lausanne (CIRA) et Nada.

350 p. –
$30

 nada éditions

http://www.hobo-diffusion.com/catalogue/1250/refuser-de-parvenir

***

ESQUISSES RÉVOLUTIONNAIRES

 JOHN REED

esquisses-revolutionnaires4

Journaliste, poète et écrivain américain, John Reed (1887-1920) fut aussi un militant révolutionnaire, d’abord aux côtés des syndicalistes des Industrial Workers of the World (IWW), avant de se convertir au bolchevisme. Dans des écrits qui ont fait sa renommée – Le Mexique insurgéLa Guerre dans les BalkansDix jours qui ébranlèrent le monde–, il a relaté les événements majeurs du début du xxe siècle dont il fut le témoin.

Inédits en français, ces récits et nouvelles nous transportent, par touches impressionnistes, des bas-fonds de Manhattan à l’Europe en guerre, en passant par le Mexique et la Russie en révolution. Ce recueil révèle une autre facette de ce grand auteur, pionnier d’une tradition d’écrivains américains aventuriers et sensibles à la question sociale.

250 p. –
Traduction : Jean-Christophe Bardeaux
$27
 nada éditions

http://www.hobo-diffusion.com/catalogue/828/esquisses-revolutionnaires

Cet article a été publié dans Non-classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s