Article 11 | Le mouvement social autogestionnaire en Bosnie

Alors qu’ici les élections alimentent le mythe que notre pouvoir se trouve dans les urnes et qu’en Ukraine et en Crimée les foules répondent à l’appel du nationalisme, un mouvement populaire en Bosnie donne actuellement naissance à des instances de démocratie directe populaire en rupture avec le capitalisme, l’État et le nationalisme.

Voici des bribes d’informations venues du -trop méconnue- mouvement de masse qui a lieu actuellement dans ce pays d’ex-Yougoslavie. L’auteur Charles Reeve décrit dans son article « Bosnie : une autre recette« , paru dans le très génial journal Article 11 disponible à L’Insoumise, comment cette vague de changement représente une « grande bouffée d’espoir« … une belle inspiration pour les libertaires. Rien de mieux pour nous rappeler que le vent du changement social peut toujours souffler en direction d’idéaux libertaires.

 Depuis bientôt deux mois, les mobilisations, grèves, occupations et expériences d’auto-organisation fleurissent ainsi dans cette région des Balkans. Ce mouvement déterminé et créatif a essentiellement porté sa critique en actes sur le nationalisme, sur la classe politique en place ainsi que sur la recherche de formes de représentation nouvelles. Des objectifs intimement liés. La réorganisation de la vie sociale est en effet une nécessité répondant à ce long processus de destruction de l’économie locale et d’appauvrissement de la société que la novlangue néolibérale nomme « politique de privatisations ».

[…]

Ils initient surtout la création d’espaces de discussion et de débats, puis d’assemblées ouvertes : les Plenums. La première de ces assemblées s’est réunie à Tuzla le 11 février à l’initiative de grévistes, d’étudiants et de quelques activistes politiques ; les suivantes ont rapidement vu le jour dans d’autres villes et bourgades.

À l’origine, les Plenums se sont donnés pour rôle de collecter, discuter et présenter des revendications aux différents pouvoirs politiques. Mais rapidement, malgré la répression policière, les revendications se sont radicalisées ; dans le même temps, le rapport de force se faisait de plus en plus favorable à ce mouvement s’organisant avec une détermination tranquille. Désormais, les membres des Plénums réclament la libération des manifestants arrêtés, l’alignement des salaires des politiciens sur ceux des travailleurs, la fin des privilèges et primes de la caste politique, ou encore la démission des politiciens corrompus (qui constituent la quasi-totalité de la classe politique). Et de fait, nombreuses sont les localités où les politiciens démissionnent, pour être remplacés par des responsables « sans parti », élus dans les Plenums. Quant aux représentants des travailleurs (qu’ils soient en grève, qu’ils se plaignent de salaires versés en retard ou qu’ils aient été mis à la porte à la suite des privatisations), ils utilisent les Plenums pour créer une synergie de solidarité et bâtir un réseau de luttes. Des voix se font entendre, qui posent la question de l’autogestion des entreprises et qui attaquent les syndicats associés au pouvoir politique. Le mouvement s’enracine ainsi socialement et au début du mois de mars, une coordination fédérale des Plenums se met en place. Les travailleurs n’y sont pas seuls, et de loin : les assemblées se caractérisent par un véritable mélange des générations et par une forte présence de femmes, signes d’une vague de fond qui balaye toute la société. Tous s’accordent sur un même rejet du nationalisme – la banderole ornant la salle du Plenum de Mostar clame ainsi : « La liberté est notre nation ».

Cet article a été publié dans Non-classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s