Deux nouveautés des éditions du remue-ménage à L’Insoumise

Les filles en série
Des Barbies aux Pussy Riot

Les filles sont des filles parce qu’elles sont en série.

Des corps féminins en rangées. Ils se meuvent en synchronie. Ils ne se distinguent que par le détail d’un vêtement, d’une courbe, d’une teinte de cheveux. Les filles en série sont mises à leur place et créent l’illusion de la perfection. Ce sont des filles-machines, des filles-marchandises, des filles-ornements. Toutes reproduites mécaniquement par l’usine ordinaire de la misogynie.

Mais la figure des filles en série est double : à la fois serial girls et serial killers de l’identité qu’on cherche à leur imposer. Casseuses de party, ingouvernables, elles libèrent la poupée et se mettent à courir. Entre aliénation et contestation, les filles en série résistent à leur chosification, à l’instar des grévistes féministes de 2012. Cet essai percutant se déploie comme une chaîne qui se fait et se défait, depuis les Cariatides jusqu’aux Pussy Riot

Martine Delvaux est professeure de littérature des femmes et de théories féministes au Département d’Études littéraires de l’Université du Québec à Montréal. Elle est l’auteure de romans parus chez Héliotrope, C’est quand le bonheur? (2007), Rose amer (2009) et Les Cascadeurs de l’amour n’ont pas droit au doublage (2012), et d’essais, Femmes psychiatrisées, femmes rebelles. De l’étude de cas à la narration autobiographique (Les empêcheurs de penser en rond, 1998) et Histoires de fantômes. Spectralité et témoignage dans les récits féminins contemporains (PUM, 2005). Très attendu, Les filles en série est son premier livre aux Éditions du remue-ménage

***

Les femmes changent la lutte
Au cœur du printemps québécois

Collectif

Tantôt au front, tantôt dans l’ombre, les femmes se sont engagées massivement dans la mobilisation du printemps 2012. Mais que retiendra l’histoire de leur présence : d’excellentes alliées, des participantes hors pair? Soyons sincères, elles ont agi et bousculé jusqu’à transformer les termes mêmes de la lutte.

Entre témoignages, poèmes, entretiens et analyses critiques, 30 regards se croisent ici mêlant action politique, fureur créatrice et urgence de la révolte : Coalition Main rouge, Martine Desjardins, Fermaille, Janie Ducharme, Ann-Julie DuRocher, Infirmières contre la hausse, Institut Simone de Beauvoir, Sophie Jeukens, L’R des centres de femmes, Éliane Laberge, Karen Juliette Lalonde, Iraïs Landry (comité femmes GGI), Widia Larivière (Idle No More), Rébecca Lavoie, Anne-Marie Le Saux (Profs contre la hausse), Valérie Lefebvre-Faucher, P!NKBLOC, Mères en colère et solidaires, Maille à Part, Manon Massé, Brigitte Michaud, Françoise Pelletier, Jeanne Reynolds, Camille Robert, Caroline Roy-Blais, Camille Tremblay-Fournier et Anne-Marie Voisard.

«Ce livre, Les femmes changent la lutte, vient changer la donne. Les femmes ne sont pas marginales, elles sont au centre de l’événement. Si vous ne parlez pas d’elles, c’est que vous êtes myopes. Si vous placez les femmes dans un encadré, vous les insultez et vous nourrissez mon indignation. L’ouvrage que j’ai l’honneur et le plaisir de préfacer doit figurer tout en haut de votre bibliographie.» Micheline Dumont

Intervenante sociale, Mylène Bigaouette a été conseillère en matière d’égalité entre les sexes au Burkina Faso pendant plusieurs années. Elle travaille aujourd’hui à la Table de concertation de Laval en condition féminine.

Coordonnatrice de la Table de concertation de Laval en condition féminine et conseillère municipale, Marie-Eve Surprenant est titulaire d’une maîtrise en sociologie et études féministes de l’UQAM. Elle a notamment publié en 2009 Jeunes couples en quête d’égalité aux Éditions Sisyphe.

Cet article a été publié dans Non-classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s