En ligne | Lutte des classes et aménagement du territoire – Intro à la Géographie Marxiste

GeoMarx

Télécharger la brochure

sommaire
p 1……….Capitalisme et urbanisation
par David Harvey

p 9……….David Harvey et Le matérialisme historico-géographique
par Anne Clerval

p 17……..La Lutte des cLasses dans l’espace urbain
par Anne Clerval

p 37……..Voies et moyens pour le retour d’une pensée critique « radicale » de l’urbain
par Jean-Pierre Garnier

Introduction
Cette brochure est l’occasion de partager les outils fournis par un courant de la géographie critique qui se fait de nouveau entendre. Nous avons effectué des coupes, les articles sont disponibles dans leur intégralité sur l’Internet.

Ces travaux nous invitent à reconsidérer les rapports de classes : illusion de la disparition des classes ouvrières dans les pays « dominants », essor d’une classe ouvrière industrielle dans les pays « dominés » et émergents, apparition d’une nouvelle classe intermédiaire (la petite bourgeoisie intellectuelle), dissimulation des conflits de classes grâce à une approche raciste. Cette recomposition des rapports de classes n’est pas nouvelle, elle est ici mise à jour de façon explicite.

Un certain vocabulaire présent dans les textes, tel que «répartition des richesses», «égalité», «autogestion», etc. mériterait d’être clairement défini. Ce langage révèle des positions citoyennistes et réformistes qui ne nous satisfont pas. «Répartition des richesses»? Quelles richesses ? Par qui ? Pour qui ? «Autogestion»? De quoi ? De notre misère, du monde fantastique dans lequel nous vivons ?

La notion de droit nous pose également problème, nous ne pouvons la faire nôtre. Elle sous-entend une autorité garante de ce droit, ce qui est en contradiction avec la volonté d’abolir les dominations.

Plutôt que «droit à la ville», nous disons : prendre la ville.

La question des moyens de s’approprier la ville est à peine évoquée. Jean-Pierre Garnier pose la question inéluctable de la violence. Violence par laquelle le capitalisme étend et protège sa domination. Violence par laquelle nous prendrons la ville ?

Si nous voulons détruire le capitalisme et toutes les dominations, il nous faut détruire les moyens de leur re-production. Il est impossible de s’approprier la ville telle qu’elle est, conçue pour reproduire le capital et les dominations. Pour enrayer les comportements induits par l’espace capitaliste, la destruction est nécessaire.

Cet article a été publié dans Livres en français, Section Marxisme, Zines / Brochures. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s